Tous les dessins, croquis et aquarelles figurant dans ces pages, sauf mention contraire, sont réalisés exclusivement sur le motif avec parfois, pour des raisons climatiques ou temporelles, des finitions en atelier.
La plupart sont sur carnet, quelques uns sur papier libre et dans les deux cas ils ne sont pas libres de droit, merci de me demander l'autorisation de reproduction.

Translate

samedi 23 février 2013

Le manque de civisme me fatigue et m'inquiète

Voila plus de 6 mois que nous sommes sur l'équateur et je ne comprends toujours pas la logique en vigueur sous cette latitude. Je persiste à penser qu'il en existe une, pour me rassurer, mais je commence une éventuelle supposition d'un début de doute sur sa non-existance. Tout parait décousu, sans anticipations, une louche de religion, quelque poignées de paraitre, la négociation (cadeau, backchich ....appelons le comme on veut) à tous les étages de la rue aux grands bureaux !
Grand écart culturel ? Surement plus que je ne pensais.
Choc des civilisations ? Déçu de la constater, je ne me sentais pas autant européen.
Pourtant la façade (au moins dans la capitale) est volontairement aux couleurs occidentales de la consommation triomphante, mais le vernis, pourtant récent, est déjà craquelé (non le climat n'y est pour rien) et laisse apparaitre un fond peu reluisant. C'est d’ailleurs le principe même du vernis ........

Il y a donc une logique....

Surtout lorsque l'on s'éloigne de la ville, vers la nature.

Marée montante.


Une journée sympa, pique nique au Cap Estérias, Margaux, Cohiba (on ne se refuse rien, privilège de l'age..) et ou j'ai enfin rencontré Martine, oui, oui, LA Martine de Martine au Gabon, vous ne connaissez pas ? Alors courrez vite   ici .

Un morceau de mangrove encore vers le Cap

Le phare du Cap Estérias

samedi 9 février 2013

C'est fatigant une ville, le jour aussi.

Libreville 04 février 2013.
Depuis 7h00 ce matin nous sommes autour de 35 ° avec pas loin de 100% d’humidité. Le moindre effort, la moindre station extérieure, même immobile, même à l'ombre et me voila trempé jusqu'aux chaussettes. Pourtant tout est comme d'habitude autour de moi, les gens (les autres) subissent leur quotidien autant que le climat, tout le monde vaque (plus ou moins) à ses occupations habituelles. 
Je doit être seul, mais je n'en doute plus (et comme disait JJ, si je ne vaux pas mieux au moins suis je un autre), à le ressentir, une espèce de micro-climat-bulle s'est installé sur moi, assez inconfortable.
J'avais déjà remarqué qu'à plusieurs reprises, des bulles (pas climatiques) m'aimaient bien, m'englobant régulièrement, souvent des bulles sensibles, d'autres esthétiques, certaines d'incompréhensions. Chaque fois des bulles du même type : Des monoplaces, des tandems auraient étés trop belles, pouvoir partager, avec un proche (ou même un moins proche). La famille des bulles amplificatrices, un genre d'effet de serre sensitif.
J'ai déjà vu chez d'autres (des gens) des bulles de famille opposée, les bulles isolantes qui insensibilisent ou rendent tout jugement inesthétique....
C'est drôle comme on le remarque plus chez autrui .....

La pointe du Cap Estérias vu de la Sablière
L'orage arrive sur la pointe Denis